Editorial juin 2019

 

De l'actualité de la psychiatrie en milieu pénitentiaire

 

Le professeur Franck Bellivier, récemment nommé par la ministre de la Santé et des Solidarités dans les fonctions de délégué ministériel à la santé mentale et à la psychiatrie, pourra porter son attention sur la psychiatrie en milieu pénitentiaire et aider à la poursuite des travaux engagés depuis des mois par le ministère de la santé sur ce sujet.

 

L'ASPMP sera présente pour lui fournir toutes les informations nécessaires à cet exercice difficile dans un milieu qui peine à se réformer. La France est un des pays ayant un taux de détention provisoire très important : 30 % des détenus, contre moins de 15 % en Espagne, Pologne et Grande-Bretagne  https://www.ouest-france.fr/societe/prison/prisons-en-europe-le-nombre-de-personnes-detenues-diminue-6291568

 

L'Administration pénitentaire considère que tous les problèmes des prisons seraient résolus si les trop nombreux malades mentaux (qu'elle estimerait justement à environ 30%) se trouvaient à l'hôpital psychiatrique. C'est évidemment complètement faux. Même si de nombreuses personnes détenues présentent des manifestations psychopathologiques, elles ne relèvent pas d'hospitalisations en psychiatrie. L'Administration pénitentiaire, composante du ministère de la Justice, devrait d'ailleurs plutôt se tourner vers les magistrats qui ont considéré que les personnes détenues étaient pleinement responsables et avaient leur place davantage en prison qu'à l'hôpital.

 

Ces quelques remarques indiquent que des démarches rationnelles et argumentées n'ont guère de poids face à certains fonctionnements administratifs.

 

Pour l'heure, l'ASPMP vous informe avoir demandé son adhésion à la Fédération Française de Psychiatrie (FFP), devenant ainsi la 35e association scientifique de la FFP montrant ainsi que la psychiatrie en milieu pénitentiaire est une psychiatrie à part entière et non entièrement à part. Les journées nationales des secteurs de psychiatrie en milieu pénitentiaire Journées nationales 2020 qui auront lieu à Cherbourg en avril 2020 en seront l'expression et permettront des échanges entre toutes les composantes de la psychiatrie. Retrouvez également l'éditorial de la FFP relatif à L'appropriation de la psychiatrie pour traiter la radicalisation .

 

Dr Michel DAVID

Président de l'ASPMP

 

Editorial avril 2019

 

L'ASPMP et le fichier Hopsyweb

 

L'ASPMP maintient sa vigilance sur les questions éthiques en milieu pénitentiaire. Après le rapport sur la mise en cause de l'indépendance professionnelle et du secret médial en prison (Cf. éditorial du mois de mars et le mémoire qui s'y rapporte), l'ASPMP vient de déposer une "intervention volontaire" auprès du Conseil d'Etat pour demander l'annulation du décret Hopsyweb en soutien du recours exercé par le Syndicat des Psychiatres des Hôpitaux (ci-dessous, le texte de l'intervention volontaire et les pièces annexes qui l'accompagne).

L'ASPMP soutient tous les arguments du recours du SPH et ajoute des particularités inhérentes aux personnes détenues, qui même consentantes à l'hospitalisation et ne troublant pas gravement l'ordre public et la sûreté des personnes, doivent être hospitalisées dans des hôpitaux psychiatriques sous le régime du soin sur décision du représentant de l'Etat (SDRE) en application de l'article D. 398 du code de procédure pénale, alors que si elles étaient en milieu libre, elles seraient hospitalisées en "service libre". Et dans ce cas, il n'y a pas (pour l'instant...) d'inscription dans le fichier Hopsyweb, qui rappelons-le, demeure quatre ans après l'hospitalisation.

La psychiatrie dans son ensemble aborde des problèmes de société, de droit, de vision du soin qui touche à des questions fondamentales de la vie en société. Malheureusement, la complexité de cette discipline la rend peu atractive pour qu'elle fasse l'objet d'une vraie révolte, comme on peut le constater actuellement pour d'autres situations. Pourtant, les problèmes de précarité, d'inégalité devant le soin et d'accès au droit, des "contraintes" au sens large, au savoir et à la connaissance sont communs.

Un vrai problème culturel. Mais la culture ne semble plus au centre des préoccupations, même politiques. Impliqué dans les travaux avec les Pouvoirs publics, je suis assez sidéré de constater que la technocraie administrative dirigente continue à fonctionner comme si les mouvements de contestation actuels n'existaient pas.

Un clivage total, déroutant et inquiétant.

 

Dr Michel DAVID

Président de l'ASPMP

 

ASPMP - Intervention Conseil d'Etat.pdf
Document Adobe Acrobat [199.8 KB]
Annexes Intervention volontaire Hopsyweb[...]
Document Adobe Acrobat [1.4 MB]
Mémoire Partage d'informations.pdf
Document Adobe Acrobat [792.9 KB]
Relations entre infractions et soins
GT Soins et infraction.pdf
Document Adobe Acrobat [210.9 KB]
lettre de mission Dr Michel DAVID.pdf
Document Adobe Acrobat [112.4 KB]

L'adhésion à l'ASPMP permet de contribuer au fonctionnement et à l'indépendance de notre association.

 

Nouveau : possibilité d'adhésion en ligne en cliquant sur le lien ci-dessous

Propulsé par HelloAsso

Ou adhésion avec le formulaire à imprimer et paiement par chèque

Adhésion-Cotisation 2019.docx
Document Microsoft Word [714.5 KB]
Fresque de l'ancienne maison d'arrêt de Pointe-à-Pitre (détruite)
Maison d'arrêt de Coutances
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Association des secteurs de psychiatrie en milieu pénitentiaire