Éditorial

 

Éditorial juin 2021

 

 

Actualités

 

 

"Aux adhérents et aux sympathisants ASPMP",

 

Depuis l'entrée en fonction de la nouvelle mandature le 17 mars dernier, le bureau de l’ASPMP a élaboré et co-signé plusieurs communiqués disponibles sur ce site.

 

Divers groupes de travail ont récemment repris leur cours au niveau national au sujet des soins aux personnes placées sous-main de justice, et notre participation y a été sollicitée en présence de différents acteurs des ministères de la Santé, de la Justice, et de responsables de l’Administration Pénitentiaire. Nous y prenons notre place, dans une proximité fructueuse avec nos collègues somaticiens de  l’APSEP (Association des professionnels de santé exerçant en prison).

 

Ces réflexions et « feuilles de route » qui se dessinent concernent notre domaine spécifique des relations Psychiatrie - Justice, mais ils touchent également la dimension plus large de la Psychiatrie générale, à laquelle nous ne cessons de nous relier dans notre exercice "de secteur" en milieu carcéral, au travers de nos soins de niveaux 1 (ambulatoires DSP, SMPR, CATTP), 2 (hôpitaux de jour SMPR), et 3 (hospitalisations complètes UHSA).

 

Comme vous l'avez observé, certains sujets ont de plus malheureusement été mis au premier plan des politiques nationales, dans un contexte d'actualité judiciaire chargée et de période électorale débutante.

Une surenchère sécuritaire tend ainsi à remettre en cause une fois de plus des aspects fondamentaux de la Psychiatrie et de nos soins, au niveau de leurs mises en place en milieu carcéral en particulier (secrets, confidentialité, libre consentement, responsabilité pénale...).

 

Nous notons également la persistance de certaines sollicitations pénitentiaires vis-à-vis de nos services quant au "partage d'informations", notamment par une volonté de nous faire nous approprier leurs outils que constituent le logiciel GENESIS ou le document de transfèrement DOT. A ce sujet, notre position a toujours été qu’un "échange d'informations" ne pouvait être acceptable que s’il concernait uniquement des données administratives, s’il était ponctuel, et s’il s’effectuait en donnant une place centrale et responsable à nos patients en vue d’assurer leur accès à une offre de soin individualisée et de qualité.

Ces sujets semblent donc revenir de façon insistante, dans une recherche insatiable de maîtrise et de transparence, et nous tenons à vous informer que nous maintenons notre position soignante de résistance et d'indépendance vis-à-vis de ces moyens de gestion pénitentiaire.

 

"Nous sommes là pour soigner nos patients et non pas la prison".

 

Les soignants intervenant en milieu pénitentiaire ne sont pas là pour soigner l’institution carcérale, pour panser ses dysfonctionnements, ses failles et ses murs abrasifs, mais bien pour tenter de penser et proposer un soin individualisé et adapté aux personnes y étant détenues.

Pour cela, et en vue de permettre ensuite à un authentique travail thérapeutique d’émerger, il faut déjà pouvoir avoir accès à elles par l'élaboration d'une confiance, d'une alliance thérapeutique détachée de tout autre enjeu de contrôle, se construisant à leur rythme, dans le respect de leur subjectivité, avec leur consentement et leur participation active et responsable.

 

Chers collègues, sachez que l’équipe du Bureau de l’ASPMP renouvelle donc aujourd’hui plus que jamais son engagement en ce sens, par un travail permanent d'information, de sensibilisation, de recadrage, dans les diverses instances et auprès de nos différents interlocuteurs, au niveau national comme plus localement.

 

Nous souhaitons de plus ouvrir sur ces différents sujets des réflexions plus approfondies, et nous appelons ainsi à vos témoignages ou contributions quant à vos expériences ou observations du fonctionnement des soins psychiatriques en milieu pénitentiaire et des obstacles, des attaques ou des tentatives d'instrumentalisation auxquels ils peuvent être confrontés.  

 

"Associativement vôtre",

 

 

Dr David SECHTER

Secrétaire de l’ASPMP

 

Adhésion

 

L'adhésion à l'ASPMP permet de contribuer au fonctionnement et à l'indépendance de notre association.

 

Possibilité d'adhésion en ligne en cliquant sur le lien ci-dessous :

Propulsé par HelloAsso

Adhésion avec le formulaire à imprimer et paiement par chèque :

Adhésion-Cotisation 2021.docx
Document Microsoft Word [716.0 KB]
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Association des secteurs de psychiatrie en milieu pénitentiaire